Une histoire à continuer

"2018 sera l’année ou  notre histoire avec le Saloon va se terminer mais pas l’histoire du Saloon.

Pour nous, malgré l’attachement  à notre outil de travail, nous ne devons pas faire le tour de trop si nous voulons profiter du temps qu’il nous reste. Le Saloon à droit à une autre vie que je vais essayer de lui trouver. Le Saloon aura été une belle histoire, la réalisation d’un rêve. Malgré l’incompréhension des professionnels face à l’originalité du projet. Le peu de soutien des élus à cette aventure des le début vouée selon eux a l’échec, mais grâce à l’aide d’un banquier,  comme l’on n’en trouve plus, qui croyait a l’humain et avec le soutien de la famille, en cinq ans Le Saloon  est sorti de terre au grand étonnement de ceux qui nous avaient pris pour des enfants gâtés loin des réalités !!!"

 

 

Le Saloon

Le Saloon est devenu le restaurant  à la mode ; nous avons vu défiler le tout Rodez, les notables venaient  baptiser leurs enfants, les entreprises organisaient leurs repas de fin d’année, les ruthénois se retrouvaient dans nos murs pour profiter de ce cadre unique dans la région. Parce que nous étions vraiment originaux et en avance nous sommes passé dans toute les revues et les télés nationales et régionales. Il fallait obligatoirement (!!!) connaitre ce lieu… ainsi les dimanches c’était la promenade obligatoire des curieux ruthénois (en dehors des heures d’ouverture pour ne pas avoir à payer.)

 

Un potentiel pour le futur !!!

Très peu ont compris que ce projet était l’aboutissement d’une passion, la concrétisation d’un rêve de gosse, un choix de vie… Nous étions des barjos  reconnus ni par le milieu agricole ni celui de l’hôtellerie restauration ; de plus à l’époque les moyens de communication pour se faire connaitre n’avaient rien à voir avec ceux d’aujourd’hui ; bref nous sommes restés dans notre concept d’agro-tourisme inclassable. De qui dépendre ? Des chambres d’agriculture ? des chambres de commerce ? Nous étions en avance sur la conception qu’avaient nos élus, nos représentants nos techniciens du tourisme en Aveyron. Nous étions des visionnaires… mais nous étions seuls … Pauvre département, toujours un train de retard !!!

Je ne suis pas la pour écrire ma vie (on verra plus tard) mais pour expliquer pourquoi je voudrais donner une autre vie au saloon. A ce jour les mentalités ont évolué, l’outil est toujours là et plus que jamais dans l’air du temps : authenticité,  nature, espace, un vrai concept avec un gros potentiel de développement. Mais les  années aussi ont passées et à soixante et onze ans même si l’évolution du tourisme me donne raison je n’ai plus la pèche pour en remettre une couche. Bien sur j’ai mis la vente de mon établissement entre les mains de professionnels  mais en parallèle je veux croire que mon rêve peut encore perdurer en trouvant des repreneurs passionnés, une équipe aux idées novatrices tout en gardant l’âme du concept guest-ranch. Tout ce que nous avons fait ne peut pas se terminer par une reprise classique et médiocre du type habitation ou restaurant de campagne. Le SALOON doit avoir une autre destinée.

N’hésitez pas à nous contacter pour comprendre et discuter de l’avenir du SALOON

PS Nous ne vendons pas un fond de commerce mais notre maison ; ne me parlez pas de bilan, de résultats comptables avant d’avoir découvert ce lieu magique

 

 

  Le profil recherché : Des investisseurs pour reprendre les murs. Une équipe de Pro pour les faires vivre.
Je rêve? Bien sûr...Je l'ai fait durant toute ma vie, mais mes rêves je les réalise.
Cordialement.

THE AMERICAN DREAM

En tant que personnage historique le cow boy ne montait pas en selle pour créer une légende ou conquérir l’ouest mais bien parce que des hommes d’affaires, à l’esprit pratique décidèrent de gagner de l’argent avec du bétail et qui de fait y réussirent


Dans les années 1880 ces Barons avaient l’habitude de se réunir au Cheyenne club dans le Wyoming, un club privé limité à deux cents membres triés sur le volet ‘Pousser le bétail était une entreprise très attrayante vue de la véranda du Cheyenne Club ‘’Ces hommes d’affaires, contrôlaient dans les années 1885 plus de huit millions d’hectares du territoire privé et public des Etat Unis et possédaient au moins un tier des bovins de tout l’Ouest

Nous allons faire renaitre cet esprit de pionnier en réunissant des passionnés pour un projet d’agro tourisme. Il s’agit d’aider à installer un jeune agriculteur en finançant un troupeau de bovins viande tout en s’offrant la possibilité de réaliser le rêve de beaucoup d’entre nous : devenir éleveur (sans les problèmes).

Ce projet s’adresse à des personnes en recherche de nature, d’authenticité, qui veulent partager les même valeurs, covivialité, retour aux sources, bonne bouffe, ;un club réunissant des personnes ayant envie le temps d’un séjour de changer de vie au contact des animaux qui veulent selon une vieille expression de l’Ouest apprendre la vache

Pour avoir droit au titre de Cattle Baron il faut posséder du bétail en l’occurrence un vache, trente au total, donc trente membres

Mille cinq cents euros investit, récupérables avec 11 % d’intérêt (soient 347 euros/an) sur cinq ans sous forme de prestations (.vous allez vraiment voir grossir votre investissement de 500 à1000 grammes par jour)

Les prestations durant les trois premières années seront du séjour au Saloon, vacance , séminaire d’entreprise, repas de famille.

A partir de la quatrième année les produits nés des vaches pourront être consommés, vous aurez donc la possibilité de vous faire livrer des cagettes de viande.

Vous l’avez compris il ne s’agit pas de l’investissement du siècle mais du partage d’un rêve permettant l’installation d’un jeune agriculteur en faisant un bras d’honneur au système financier institutionnel. Vous ne gagnez pas des fortunes mais vous devenez éleveur, avec la vie qui va avec, quand vous le désirez, sans les emmerdes et cela n’a pas de prix

PS : Pour informations, nous sommes actuellement une vingtaine de Cattle Barons.

Site réalisé par